CEPAN

Festimalia est géré par l’Association CEPAN, reconnue d’utilité publique.

Le Club d’Étude et de Protection des Animaux et de la Nature (CEPAN), créé en 1968, est une association reconnue d’utilité publique depuis le
12 novembre 2014.

Elle est une initiative pionnière et singulière en son genre dans toute l’Europe à travers sa mission d’accueil d’animaux sauvages, sa vocation sociale et son action de sensibilisation et d’éducation du public.

L’association gère deux établissements animaliers. Le plus connu est le refuge de l’Arche, sanctuaire d’animaux issus de la captivité, créé en 1974. Aujourd’hui spécialisé dans l’accueil d’animaux sauvages abandonnés ou saisis, ce havre de paix abrite en permanence un millier de pensionnaires représentés par plus d’une centaine d’espèces de mammifères, d’oiseaux et de reptiles.

Le second établissement est le Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage Locale « Valentine et Jacques Perrin », ouvert en 2011. Lieu d’accueil et de soins de la faune locale, la prise en charge est temporaire. Après une phase de soins, de rééducation ou d’émancipation, les animaux sont relâchés dans leur biotope originel. Près de 700 animaux par an sont accueillis et même si tous ne survivent pas, près de la moitié retrouve la liberté.

Le  fondateur du Refuge de l’Arche est Christian Huchedé,qui dès son adolescence, avait déjà recueilli et sauvé des oiseaux tombés du nid, une chouette et un héron blessés, ainsi qu’un renardeau amputé par un « piège à mâchoires ». Dans la maison et le jardin de ses parents, il avait créé une véritable « infirmerie » et un mini-refuge où il veillait sur tous ses protégés. Cette passion de Christian fut vite contagieuse : il la communiqua à la plupart de ses copains d’école. Plus tard, il créa avec eux à Château-Gontier, l’association « Le CEPAN », qui fit très rapidement des émules parmi les jeunes de toute la région.

De mois en mois, le « Refuge de l’Arche » recueillait de plus en plus d’animaux blessés, mutilés, persécutés : ce qui les amena tout naturellement à partir en guerre contre les préjugés, les superstitions et les destructions dont étaient victimes bien des espèces sauvages. A l’aide d’expositions, de conférences dans les écoles, des campagnes d’information et de sensibilisation par voie de presse, le Refuge de l’Arche gagna très vite une grande notoriété. L’influence de ces jeunes si déterminés, était évidente : les persécutions des rapaces et autres animaux « mal aimés » diminuaient. Néanmoins, le modeste Refuge de l’Arche a hébergé dès la fin des années 1970, des rescapés de plus en plus nombreux, notamment des animaux sauvages abandonnés par des particuliers : singes, loups, ours… et même un lion !

Depuis 2008, Christian Huchedé est à la retraite, même s’il suit en continu les activités de l’association. C’est son fils Yann, qui a repris la direction du Refuge de l’Arche et du Centre de Sauvegarde, entouré d’une trentaine de salariés spécialisés, saisonniers ou en insertion. L’aventure est aussi celle d’une équipe de bénévoles actifs dont douze administrateurs très investis.